dimanche 16 mai 2021

Tu penses que t'es tanné?

T'arrives à 30 ans, t'es insatisfait d'où t'as mené ta vie et tu penses que t'es tanné.

Puis là, la vie passe à une vitesse fulgurante. Tout s'accélère, le monde semble partir dans une spirale insoutenable. La machine s'emballe. Crise de la quarantaine? Pas vraiment. La crise existentielle, tu la connais depuis que t'as 20 ans.

Les choses se corsent un peu beaucoup. Pas plus avancé dans la vie, tu commences à regarder le temps qui te reste d'un drôle d'œil. Celui où tu te dis que t'espères ne pas faire vieux os, parce que tu sais ben que t'en a pas les moyens.

Un jour, à mi-chemin vers la cinquantaine, on t'annonces que si t'as passé 40 ans, il est déjà trop tard pour en mettre de côté pour tes vieux jours. Choses dont tu te doutais déjà depuis un méchant boutte. C'est là que la cassette part solide!

Tu te sens déjà à boutte de toutte depuis des années, pis t'espérais encore que ça allait finir par mieux aller... Ben non! La crise sanitaire et ses sbires te disent en boucle que ça va bien aller. Veux tu rire de moé?! Ça jamais vraiment ben été. Tu le voyais, tu le sentais que la marde allait bientôt arriver.

Tu te dis, un moment donné, tu vas ben atteindre le summum d'être tanné. Ben non! Y'a toujours un autre palier!! Y'a toujours moyen d'être encore plus exaspéré. plus mécontent et insatisfait de tout, tout l'temps. C'est pour dire!

Donc, tu te vois grossir, ramollir, le corps comme le cerveau, pis tu te dis encore 20 ans de ça, ça va être beau. Faudra que tu travailles pour le reste de tes jours, jusqu'à temps de crever pour subvenir à tes besoins pendant que le coût de la vie ne cesse d'augmenter et qu'il n'y a VISIBLEMENT AUCUN PLAFOND EN VUE POUR LES LOYERS ou pour la bêtise humaine.

Les éléments vont finir par se déchaîner, d'autres pandémies vont s'enchainer. c'est écrit dans l'ciel. Pis toi, tu seras encore là, parmi pout ça, à voir clair et ne pouvoir rien faire devant la menace qui gronde de manière ahurissante. Même si t'as pu pantoute envie d'être là, à assister à ce qui se passe tout autour; tout le contraire de ce qu'il faudrait qu'il se passe depuis trop longtemps, et pourtant. Pourtant, on en est là collectivement.

Impuissant. Décrépit. Vieillissant. Faible de corps comme d'esprit. La résilience, veux tu rire? Rendu là, c'est de se mentir à soi-même. Malgré tout l'amour du monde, on dirait que ça ne sera jamais assez pour virer les choses de bord. Reste juste à se serrer les dents encore plus fort et d'espérer te coucher un beau soir sans jamais te réveiller.

Sans avertir, un beau jour, lorsque le bonheur sera enfin (peut-être) à portée de main, la mort surgira. Comme ça, sans plus d'explication ou de raison. De toute façon, le non-sens existentiel sera à son paroxysme et ce sera très bien ainsi.

Tu penses que t'es tanné? Attends encore un peu pour voir...

Aucun commentaire: