dimanche 27 décembre 2009

Les Frères du Son Rencontent : Le Matos


Le Matos est une formation bien de chez-nous même si on pourrais gager que c'est une groupe électro-français. Les gars assument leurs influences, de Daft Punk à Justice et Vitalic, on est en présence d'amateurs du style. Ils ont trouvés une façon de le faire à leur manière et ils le font bien ! Quelques remixes sont actuellement disponible, mais un album complet de leur part n'est pas su le point de sortir, vite du nouveau Matos !







Nous les avons attrapés pendant leurs passage au FME en Abitibi pour parler de leurs influences musicales et de leur remixe de la pièce Comme des Enfants de Coeur de Pirate. On parle aussi de leur philosophie de vie, leur façon de faire la musique et leur équipement. On tient à vous aviser que dû à un pépin lors de la captation audio, il a fallu faire un montage avec une source externe pour les derniers segments de prestation.

Le Matos au Piktic Électronik en Abitibi et en entrevue


mercredi 23 décembre 2009

Parution de la Semaine - 23 Novembre 2009


BEAK>, le projet Rock-expérimental de Geoff Barrow, producteur et multi-instrumentiste pour Portishead. Sur l’album du même nom, on retrouveDes pièces disjonctées, d’autres aux structures intrigantes et hypnotisantes, d’autres complètement dérangeantes et cette voix, la grande responsable de l’atmosphère inquiétante, même un peu lugubre qui plane tout au long de l’album.
On plonge comme dans une épaisse brumecomme dans un état second, on s'imagine entourés d'ombres pas nécessairement rassurantes dans un lieu étrange, c’est la toile de fond de ce décor sonore. Pas étonnant qu’ils soient sous la tutelle de Mike Patton et son étiquette de disques Ipecac. Une écoute pour les plus aventuriers ou les amateurs de musique exploratoire qui cherchent quelque chose de différent et qui va réussir à les surprendre. Un disque qui ne s'écoute pas n'importe quand et qu'il faut prendre sous ses propres termes ! 8/10

Beak> avec la performance de la pièce Iron Acton


dimanche 20 décembre 2009

Les Frères du Son Rencontent : Camaromance


Camaromance, c'est Martine Groulx avec son projet anglophone Folk introspectif aux accents sud-Américain. Elle a 2 albums sous son pseudonyme, Empty Picture Frames paru en 2004, Different Paths en 2006 et elle nous confie qu'elle travaille sur de nouveaux projets.

Pour son dernier album, Different Paths, elle a fait appel à Patrick Watson pour la production. Deux des musiciens de Watson, Mishka Stein (basse) et Robbie Kuster (batteur) ainsi que Serge Nakauchi Pelletier (guitares, lapsteel, batterie) et Christian Baang, (piano) de Pawa Up First sont venus collaborer avec elle pour l'enregistrement.

Martine Groulx est très impliquée au niveau de la scène émergente musicale, mais ses intérêts ne s'arrêtent pas là, elle nous parle de son amour des grands espaces et on entre dans sa façon de voir la vie. On vous offre, en baladodiffusion, la version intégrale de notre entrevue avec Martine Groulx alias Camaromance, dans le cadre du Festival de Musique Émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME09).


Elle nous prépare un nouvel album cette année, The Parade qui devrait sortir comme les nouvelles pousses du printemps. Elle nous parle aussi de son projet d'étiquette de disque numérique, Lazy at Work, avec laquelle elle fera la promotion pas seulement de musiciens, mais d'artistes du domaine des arts visuels et de la BD.

On jase aussi de nouveaux talents musicaux d'ici et d'ailleurs et on réfléchi sur l'avenir du monde musical. Finalement, un échange intéressant avec l'une des personnes qui porte plusieurs chapeaux en même temps et qui a occupé plusieurs postes dans les coulisses du disque. Un regard intéressant, lucide, spontané et révélateur.

Extraits de prestation au FME et d'entrevue

samedi 12 décembre 2009

Les Frères du Son Rencontent : Monsieur Mono


Monsieur Éric Mono Goulet

Nous avons eu le plaisir de rencontrer une personne pour laquelle j'admire son travail. Autant au niveau de la réalisation d'albums pour des artistes que je respecte (Vincent Vallières, WD-40), qu'au sein du groupe Les Chiens (Possession Simple à une autre époque), que sa carrière solo avec son alter-ego Monsieur Mono et j'ai nommé, Éric Goulet.

Pour notre portion audio, on vous fait entendre la version intégrale de notre entrevue, en plus des pièces Pleurer la Mer Morte de l'album du même nom et L'Abattoir, du plus récent, Petite Musique de Pluie.


Il nous confie sa philosophie de vie sur les relations interpersonnelles, sur son art et nous permet de mieux connaitre l'homme derrière le personnage. Il nous annonce également le retour de la formation Les Chiens prochainement et ce qui est à l'horizon sur le plan de ses réalisations.

Pour notre capsule vidéo, version condensée de notre entretien avec Monsieur Goulet, nous vous présentons des extraits de sa prestation à l'eXcentris du 29 Octobre dernier. La captation inclue la très marquante chanson L'Océan et le magifique duo avec Mara Tremblay pour leur version de L'Amour Fait Mal (Love Hurts), des pièces très représentatives de l'univers Mono.

Bonne Écoute !


samedi 5 décembre 2009

Parution de la semaine - 17 novembre 2009



tUNE-yARDS, un projet qui redéfinis le lo-fi d’une belle façon. Merrill Garbus, la tête derrière le projet a créée Bird-Brains, une courtepointe musicale assemblée ici et là, au cours des 2 dernières années. Habité par une douce folie et une bonne dose d’authenticité, cet enregistrement ne peut faire autrement que de nous mettre un sourire aux lèvres. Un genre de Pop sale, parsemée d’ukulélé, de drôles de choix de sonorités et de percussions, avec l’aide d’équipement rudimentaire. Original et rafraichissant, c’est ce que je peux trouver de mieux pour décrire l’expérience de l’écoute de l’album. 7/10

jeudi 3 décembre 2009

Les Frères du Son Rencontrent : Martin Messier


Les multiples facettes d'un artiste inspiré et talentueux

Dans le cadre des événements des Escales Improbables, en Septembre '09 au Vieux Port de Montréal, Les Frères du Son ont eu le plaisir de parler avec Martin Messier. On vous présente une entrevue où on parle de son cheminement artistique et des différents projets dans lesquels il s'est investis.


La première œuvre à avoir retenue notre attention est son projet solo intitulé Et Si L'Aurore Disait Oui…, où la performance électroacoustique en direct et le traitement d’instruments traditionnels sont sa forme d'expression, dans un style empruntant à la fois à l’IDM (Intelligent Dance Music), à l’Acousmatique et au Folktronica. L’esthétique de Martin Messier, qui se fonde sur une sensibilité particulière pour le rythme, peut se définir comme un amalgame sonore complexe et décalé, dans un jeu de construction et déconstruction joyeusement étrange.

Et Si L’Aurore Disait Oui…, selon le compositeur Martin Messier, c'est lui même à la guitare (une note à la fois), au mélodica (une noire à chaque fois), à la voix (une syllabe à la fois), à la basse (une corde à la fois), au glockenspiel (une main à la fois), au piano (un doigt à la fois), aux ordinateurs (audio et vidéo à la fois). Seulement l'un des projets pluri-disciplinaire ambitieux et un peu éclaté dans lesquels il s'implique.

Entrevue intégrale en baladodiffusion

Sa curiosité envers les arts graphiques le mène rapidement à s’intéresser à l'alliage entre son et image, où il découvre la vidéo-musique et le traitement numérique de l’image-mouvement. C’est ce même intérêt qui le pousse à la composition pour la danse et le théâtre, qui sont devenus ses principaux champs de création des dernières années. Comme pour Hit & Fall, son projet de danse avec Caroline Laurin-Beaucage, le temps est le fil conducteur qui relie la majorité de ses projets.
Pour son projet L'Horloger, Martin utilise des réveille-matins mécaniques comme sources sonores lors de la performance. Leur manipulation, agencée au traitement numérique en direct, en fait émaner une panoplie de sons, qui construisent une ambiance sonore particulièrement intéressante et stimulante.


Vidéo condensé de l'entrevue avec extraits de prestations

mercredi 2 décembre 2009

Balado des Frères du Son édition Décembre '09


Meilleures capsules diffusées au court de l'année 2009

Pour la dernière édition de l'année de l'émission en Balado des Frères du Son, nous vous faisons une rétrospective de notre première année de diffusion. On vous présente des capsules sélectionnées qui témoignent de l'évolution de notre formule depuis nos débuts. Nous vous dévoilons aussi une des nombreuses surprises que nous vous réservons dans le cadre du lancement du site qui aura lieu dès les premiers jours de 2010 et pour l'occasion, on vous prépare quelque chose de très spécial.



Grâce à l'exceptionnelle participation de plusieurs artistes que nous avons rencontrés, nous sommes en mesure de vous offrir une compilation musicale inédite téléchargeable GRATUITEMENT ! Une brochette de pièces qui ne se retrouvent nul part, sur aucun album, des compositions EXCLUSIVES POUR UNE COMPILATION EXCLUSIVE disponible numériquement en Janvier ! On vous révèles aujourd'hui 3 artistes qui figurerons sur notre compil maison,
Les Frères du Son Vol.1 :

- Le Husky
- Navet Confit
- Vanesse Pariétaire


Chanceux d'être entouré de gens talentueux dans leurs sphères d'activités, nous sommes fiers de bientôt pouvoir vous présenter le fruit de cet effort collectif. On a bien hâte de vous faire voir et entendre tout ce qu'on vous prépare pour la nouvelle année, en vous dévoilant davantage au cours des prochaines semaines !
À Bientôt !

lundi 30 novembre 2009

Rétrospective Meilleurs Disques 2009 III

Été 2009


La parution de la semaine - 21 juillet 2009


Riceboy Sleeps est un projet du chanteur de Sigùr Ròs et de son copain, soit : Jón Þór Birgisson & Alex Somers. Ce dernier est celui qui est derrière la conception visuelle pour Sigùr Ròs, égalament membre fondateur de la formation tout aussi Islandaise Parachutes. Sur cet album, ils nous servent 68 minutes, très planantes et ambiantes, des airs beaucoup plus subtils et linéaires qu’avec Sigur. Une oeuvre encore plus instrumentale, méditative, voire presque nouvel-âge, on croirait se taper une séance d’autohypnose, finalement ! Un album que je recommande fortement d’écouter lorsqu’on veut oublier toutes les pensées négatives et ses journées surchargées avant d’aller dormir. Pas besoin de Ritalin pour les enfants, ni de calmants pour soulager son stress, puisque ces gens du pays nordique peuvent amplement faire l’affaire avec des méthodes naturelle de guérison par les sons ! De vraies ondes positives, bien moins cher et presqu'aussi efficace qu’une thérapie ! 8/10



La parution de la semaine - 14 Juillet 2009



The Dead Weather, ce nouveau projet de Jack White (White Stripes et Raconteurs) n’est pas ce à quoi l’on pourrait s’attendre et c’est tant mieux ! Sur Horehound, on nous attend avec des textes imagés aux accents sudistes, une approche théâtrale, une ambiance inquiétante et mystérieuse. Ce qui fait de cet enregistrement un véritable témoignage qu’un ensemble de têtes créatives réunies autour d’un même but, une simple groupe de rock sans limitations, peut encore innover et réussir à faire du rock rafraichissant. Avec Alison Mosshart, la chanteuse de The Kills, White s’est entouré d’une super équipe, on parle de Dean Fertita guitariste, claviériste et une des voix de Queens Of The Stone Age et Jack Lawrence pour venir compléter l’instrumentation. Ils nous font du gros rock sale sans pour autant être conventionnel, riche en sonorités, un projet tout en spontanéité avec une bonne dose d’originalité, en plus d’une complicité sentie entres les membres de ce collaboratif aux grosses pointures. On entend des jeux de voix de toute beauté, de l’orgue, une batterie déchainée, des claviers et bien sûr des guitares aux distorsions qui changent de la norme. Des moments un peu plus blues, on va de jams sessions à des compositions plus modernes et travaillés, des pièces variées et soigneusement montées. Très bien tant au niveau de l’approche utilisée que de la qualité sonore. 8/10



La parution de la semaine - 07 Juillet 2009


J’avais trouvé assez sympathique l’album éponyme de CéU paru en 2007, une nouvelle venue qui fait dans le style de Bebel Gilberto, de l’électro-bossa nova à la Thievery Corporation ou Federico Aubele avec des traces de Reggae, ensoleillé, et loungy à souhait. De la musique estivale, qui fait automatiquement penser aux plus beaux couchés de soleil en pleine canicule tropicale ou une soirée chaude avec une immense lune orangée qui se pointe à l’horizon ! Encore un peu plus de touches électro pour Vagarosa, servies sur un lit Funk et une sauce Soul, sur ce deuxième album de cette jeune Brésilienne. Agréable surprise de continuer dans cette veine au lieu de toujours diluer la formule davantage jusqu’à ce qu’elle ressemble à la musique générique pour grand public. On comprend pourquoi elle cite Erykah Badu dans ses influences, mademoiselle a un bon flow quand elle s’y met, le tout fait avec de bons musiciens et une réalisation soignée. Elle possède une voix sensuelle, qui fait en peu penser à celle de Sade, avec un beau grain dans ses mots Portugais qu’elle nous susurre aux tympans. Ça sonne très bien, pas étonnant venant de l’étiquette Six Degrees qui réalise toujours de très bons albums pour des artistes tout aussi talentueux qui nous changent de la musique de monde usuelle. Maintenant, c’est où qu’on peut voir des ciels dégagés cet été ? 7/10

La parution de la semaine - 30 Juin 2009

Moby, un de mes plaisirs coupables et qui, j’avoue, m’avait un peu déçu depuis ses 2 derniers albums Hotel et surtout 18, revient très fort avec son plus récent opus Wait For Me. Mes attentes étaient hautes, mais j’y croyais pratiquement plus, je me méfiais beaucoup de ce qu’il allait nous présenter de neuf. À ma grande surprise, on a affaire à une collection de titres aux ambiances inégalées depuis son désormais classique disque Play et ce n’est pas peu dire ! Il a su bien s’entourer avec une brochette de chanteuses aux voix magnifiques, que je ne connais aucunement, qui se succède sur plusieurs pièces touchantes, entres ses échantillonnages et son propre spoken word. On sait tous que la force de Moby n’est pas sa voix, mais bien son don pour les arrangements et à la programmation et cette fois, il faut croire qu’il était drôlement inspiré ! 9/10

La parution de la semaine - 30 juin 2009

Busdriver est un rapper de la côte ouest Américaine, hyper cérébral, un virtuose de la langue de Shakespeare, dans la même veine que Doseone. Prolifique, ce prodige a 7 albums à son actif depuis 2002, dont le dernier intitulé Jhelli Beam. Pour ce dernier, il nous a concocté un excellent assemblage de Rap underground, ultra lyrique, aux influences aussi variés que son débit de mots à la minute. Inventif, inusité et irrévérencieux, Busdriver n’a pas peur d’explorer et va jusqu’à s’auto-caricaturer. Un artiste qui repousse les mélanges de styles, on passe du Classique, au Jazz, en passant par l’Indie-Rock, l’électro et évidemment une généreuse portion de Hip-Hop. Très critique de ce qui l’entoure musicalement et socialement, il sait où il se situe et surtout à qui il s’adresse. Il s’assume et réussis à produire du très bon nerd-rap sur une nappe sonore pour les plus aventuriers. À mon avis, une œuvre aboutie et recherchée qui mérite d’être entendue ! 8/10


La parution de la semaine - 23 juin 2009


Tortoise, cette mythique formation instrumentale, entre le Jazz, le Rock expérimental et l’Électro, n’en finit plus de repousser les fondements même de ce qu’on peut décrire comme étant la vague Post-Rock. Pour leur plus récente mouture, Beacons of Ancestorship, ils nous reviennent en grande forme après une absence de 5 ans. Après 7 albums sous la ceinture depuis 1990, et autant d’années d’existence, ils viennent renforcer la pertinence de leur art et taire leurs détracteurs avec cet excellent album. Ces virtuoses nous servent encore une fois une œuvre d’une rare créativité et réalisent l'exploit de rendre accrocheuses des structures complexes qui pourraient facilement tomber dans la masturbation intellectuelle ou de la musique hermétique. Ils ne cessent de se réinventer et réussissent à me surprendre une fois de plus ! 8/10



La parution de la semaine - 16 juin 2009

Un de mes derniers coups de cœur, Ohbijou, un groupe très engagé socialement de la scène folk-rock underground de la région de Toronto. Ils rappelle un peu la sonorité de Broken Social Scene, Stars, Metric et compagnie sinon un peu plus près de nous, une voix comparable à Cœur de Pirate avec des arrangements à la Arcade Fire en version plus tranquille. Sympathique et efficace, l'album Beacons détient une formule qui ne casse pas le moule, mais a certainement le mérite de bercer les moments les plus tourmentés de nos vies ! 7/10



La parution de la semaine - 09 Juin 2009

Dredg rappelle la charge émotive d’Arcade Fire, on peut également penser à Archive et The Mars Volta, jusqu’à un certain point. Cette macédoine prend tout son sens après une écoute attentive et donne un résultat impressionnant. Que dire du nom intriguant et de l’esthétisme de la pochette très réussie, sinon qu'ils laissent présager le meilleur. Leur plus récent album, The Pariah, The Parrot, The Delusion est parsemé de riffs efficaces, de structures puissantes, à mi-chemin entre un Pop-Rock accessible et un Rock un peu plus lourd et recherché. Juxtaposés à des textes sentis et servis avec une approche théâtrale qui ne laisse d’autres choix que de venir nous chercher. Malgré le fait que je ne suis habituellement pas un fervent adepte du style, je dois avouer que la recette lève plutôt bien. 7.5/10

samedi 28 novembre 2009

Parution de la semaine - 10 novembre 2009


Bibio se trouve quelque part entre Prefuse 73, Boards of Canada et Bloc Party avec autant d'éléments Pop, Folk que Drum n'Bass. Le multi-instumentiste Anglais Steven Wilkinson, le cerveau derrière le projet au nom étrange est amateur d'Aphex Twin, Autechre et surtout Boards of Canada et il a eu une année 2009 chargée en faisant paraître son troisième album The Apple & the Tooth, après Ambivalence Avenue un peu plus tôt et Vignetting the Compost en début d'année.



Sur le plus récent, on a droit à 4 nouvelles pièces, pour le reste c'est intéressant d'entendre des artistes que je respecte comme Clark remixer les pièces du jeune homme. Ce n'est pas tant que c'est le meilleur des 3 albums qu'il nous a produit cette année, mais l'oeuvre cumulative de l'ensemble de son travail cette année lui mérite une mention plus qu'honorable ! 7.5/10


Bonne Écoute !

jeudi 19 novembre 2009

Les Frères du Son Rencontent : Pax Kings


Cette fois-ci pour notre volet Rencontres, nous ne sommes pas peu fiers de recevoir notre première formation Dubstep sans devoir payer un billet vers l’Angleterre, une formation bien de chez-nous et j'ai nommé Pax Kingz. Ce groupe originaire de la vieille capitale est composé par les nappes sonores subtiles et complexes de Pascal Asselin, l’homme derrière Millimetrik, qui rencontrent les constructions intéressantes remplies de grosses basses de Maxime Robin.



Ils ont eu la gentillesse de nous accorder un peu de leur temps juste avant leur prestation au volet Piknic Électronik du FME en Abitibi au mois de septembre dernier. On parle de leurs influences, leur démarche créative et leur philosophie derrière la musique.

Pax Kings en entrevue et prestation au FME

lundi 16 novembre 2009

Rupa & the April Fishes = prestation survoltée !

La valse astronomique de Rupa

Rupa, cette femme du monde nous a envouté par une particulièrement douce soirée de novembre, à la sympathique et intimiste salle de l'Astral. Quelle belle énergie de la part de la charismatique chanteuse et de ses talentueux musiciens, qui dansent musicalement entres eux autour de pièces tirées de leurs 2 albums Extraordinary Rendition et du tout récent Este Mundo, livrées avec une bonne sono devant un public nombreux, diversifié en âge et acceuillant.











Une mosaïque d'influences musicales nous attendait, d'airs Gitans, au Tango Argentin, en passant par des teintes du Moyen-Orient et Reggae. Des pièces empreintes de sensibilité, aux envolées dramatiques et sensuelles qui font penser aux racines Mexicaines à Lila Downs et Lhasa. Le résultat est une ambiance festive, avec une touche de désinvolture et un brin de folie. Que dire du registre étonnant de l'ensemble et de la diversité de chemins empruntés avec la polyglotte musicienne qui semble aussi à l'aise en Espagnol, en Anglais qu'en Français.


Ce qui m'a le plus surpris, c'est d'entendre le synchronisme entre la trompette et l'accordéon, mais surtout l'hyper versatile percussionniste qui l'accompagne, vraiment exceptionnel ! L'apport des chants masculins qui prennent des voix qui rappellent des pirates par moments, sans parler que son contrebassiste fait penser à l'allure du capitaine Hadock. Un bel échange avec le public a réussis à faire lever la foule avant la fin du spectacle pour nous faire valser gaiement jusque chez-soi. Ils ont su nous apporter une parcelle du soleil qui semble les habiter en permanence en nous faisant passer une soirée qui se termine dans la joie et la tête remplie de paysages exotiques.

Clip d'Une Américaine à Paris

lundi 9 novembre 2009

Balado des Frères du Son édition Novembre'09


Pour l'émission mensuelle de notre ballado des Frères du Son, on s'est amusés à vous concocter une liste mujsicale qui vous tiendra compagnie et embellira vous journées de ce mois des morts. D'ailleurs, on vous propose un petit sketch humoristique sur la grippe A, en plus de notre traditionnelle satyre d'une pièce musicale connue, servie à notre façon !

On commence avec l'émission avec la capsule Un Petit Goût De Boulimie, qui vient compléter les critiques des meilleures parutions du mois d'octobre qu'on peut lire ici même, mais cette fois en extraits musicaux qu'on vous a sélectionnés pour en témoigner. Petit lexique pour mieux comprendre ce que vous allez entendre : les pièces sont en caractères gras, les artistes en italique et les albums entre paranthèses.

Conceptions : The Landau Orchestra
(4hero presents EXTENSIONS)
Convinced Of The Hex : The Flaming Lips (Embryonic)
You Are Jaguar : Evangelista (Prince Of Truth)

Bonne écoute !

Pour cette capsule mensuelle D’une Note vaut Mille Mots, on vous a sélectionné de l’excellente musique instrumentale.
On commence avec OKA, une formation Australienne qui fusionne l’électro avec des éléments organiques, du genre Lounge qui rencontre un peu le style Nouvel-Age avec du Dub, parsemé de notes qui s’approche du Jungle. C’est un heureux mariage entre le modernisme et les sons tribaux : unique, à l’image de l’Australie ! Suit une formation qui s’appelle Plat, duo Islandais qui fait dans l’Électro-Ambiant-expérimental avec des éléments Dub et Post-Rock, on a des bricolages issus d’une grande culture musicale, assemblés avec une précision chirurgicale. On termine le bloc avec Black Mold c’est le pseudonyme que Chad VanGaalen s’est donné pour réaliser un projet quelque part entre l’électro-glitch, la sonorité 8-bit, le Noise et le Folk. Sur son premier album Snow Blindness is Crystal Antz, on entend un enchaînement de courtes pièces expérimentales, très variées et inspirées. Vraiment ce jeune homme d’Alberta ne manque pas d’originalité et il m’impressionne !
Oka : Cocoa Soul (Elements)
Plat : Astand/Dualism (Compulsion)
Black Mold : Uke Puke (Snow Blindness is Crystal Antz)


Pour cette dernière capsule de Mon Étiquette, c’est ma Casquette de 2009, on a décidé de vous parler de Rephlex, la maison de disque de Grant Wilson-Claridge et de Richard D. James, qui lui, est mieux connu sous le nom d’Aphex Twin. Signés sous cette bannière, se retrouvent des artistes singuliers, des ovnis dans le paysage de l’industrie musicale, qui repoussent les limites des conventions établies. Il ne faut surtout pas leur dire qu’ils font de l’IDM, ils préfèrent de loin appeler ça du Braindance quand vient le temps de dire quel est leur genre de musique.

On commence le bloc avec Seefeel, un trio Anglais souvent comparé au côté ambiant d’Aphex avec des pièces qui me font penser à Borhen & Der Klub of Gore ou à du Murcof. Suit D’Arcangelo, des jumeaux Allemands qui produisent du Techno-Ambiant ou de la House-Minimaliste et on termine avec The Bug, avec DJ Vadim et Kevin Martin à la tête du projet. Ensemble, ils font dans le style Raggaeton qui rencontre une ambiance DJ aux attitudes Hip-Hop de la fin des années ’90, qui s’allie avec du Dubstep et ses grosses basses.
Seefeel : Hive (Ch-Vox)
D’arcangelo : Looper (Shipwreck)
Freak Freak : The Bug (London Zoo)


Pour la capsule Au Bon Marché du mois de ce mois-ci, on a décidé de vous présenter 3 pièces tirées de 3 albums différents du célèbre duo Français Air. Depuis leurs débuts en 1998 avec l'album Moon Safari, Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel ont donnés le ton pour ce qui allait suivre, c’est-à-dire de l’électro-Pop, influencée par les synthés analogiques et les orgues des années ’60-’70 et de Serge Gainsbourg. Souvent des chansons étrangement mélancoliques et apaisantes en même temps. Suit une excellente compilation de leurs premiers enregistrements avec Premiers Symptômes, pour ensuite réaliser la trame sonore du film de Sophia Coppola : The Virgin Suicides.

Ils sont revenus en 2001 avec 10,000Hz Legends, pour continuer, ils ont su trouver un juste milieu en prenant le temps de produire le disque Talkie Walkie en 2004, sans oublier la réalisation des arrangements du très bon album 5:55 de Charlotte Gainsbourg entre temps, pour aller encore plus vers la Pop Française avec leur Pocket Symphony en 2007. Finalement, le mois passé est paru leur plus récente mouture, Love 2, entièrement réalisée par eux-seuls, contrairement à leurs derniers efforts pour lesquels ils avaient travaillés avec Nigel Godrich (Radiohead, Beck) et Tony Hoffer (Depeche Mode, Beck). On a affaire à une synthèse de ce qu’ils font de mieux, un éventail de leur palette musicale.

La Femme D'argent (Moon Safari)
Photograph (Pocket Symphony)
Heaven's Light (Love 2)

En terminant, je tiens à vous mentionner que dans les semaines à venir on vous prépare un tas de bonnes choses, une grande rencontre avec Catherine Pogonat, des entrevues avec Pax Kingz, Monsieur Mono, Émilie Proulx, Alexandre Désilets, et plus encore ! Sans oublier la suite de nos aventures au FME et notre participation aux Coup de Cœur Francophone. Restez rivés à vos ordis, parce qu’on n’a pas fini de vous dénicher de la bonne musique et de vous la livrer directement sur votre écran et surtout, dans vos oreilles !
Une entrevue avec l'illustre virus !