mardi 8 octobre 2019

INTERVIEW | RĂ©glisse Noire

đź“· JosĂ©e Lecompte


Malgré ce que pourrait laisser sous-entendre son nom,

le groupe ne verse pas dans la musique pop bonbon



La formation est essentiellement le projet solo de Geneviève Hould qui renaĂ®t des cendres de la formation punk-rock Les ShrimpS, active sur la scène undergound quĂ©bĂ©coise entre 2008 et 2016, avec un premier mini album fort prometteur.



Ce nouveau projet s'est formĂ© Ă  MontrĂ©al en janvier 2018 autour des textes de Geneviève (chant et guitare), avec l'apport de David G. Pelletier Ă  la guitare, Denis Paquin Ă  la batterie et au chant et Olivier Mathieu Ă  la basse et aux chants. Ensemble, ils fabriquent une sonoritĂ© rock un peu sombre, empreinte de mĂ©lodies Ă  la fois pop-synthĂ©tique et country psychĂ©dĂ©lique.

La recette gagnante de ce court enregistrement vient d'un heureux mĂ©lange d'Ă©lĂ©ments du type rock-atmosphĂ©rique qui rappelle lĂ©gèrement Monogrenade ou KPLR et, par moment, d'ambiances dignes d'un western-spaghetti Ă  la sauce d'Ennio Morricone oĂą la formation Psychocaravane vient Ă  l'esprit au niveau musical, puis vaguement Ă  Lili Fatale pour le timbre de voix. (OK, j'avoue que cette rĂ©fĂ©rence trahit moyennement mon âge !). Les scĂ©narios Ă  la fois abstraits et imagĂ©s que dĂ©peint l'habile plume de Geneviève sont tantĂ´t percutants, tantĂ´t plus intimistes, mais toujours d'une poĂ©sie poignante. Avec les cinq pièces de leur EP homonyme, on comprend aisĂ©ment pourquoi le groupe s'est retrouvĂ© parmi les laurĂ©ats de l'Ă©dition 2019 de la vitrine quĂ©bĂ©coise Ma Première Place-des-Arts !

Le lancement de RĂ©glisse Noire a lieu le samedi 12 octobre Ă  21h30 Ă  L'Esco et je vous suggère fortement d'arriver tĂ´t puisqu'il s'agit d'un Ă©vĂ©nement gratuit ! En guise d'avant-goĂ»t, voici une incursion dans le cĹ“ur et la tĂŞte mĂŞme du groupe avec Geneviève Hould en entrevue.
Bonne lecture !


Comment le groupe a pris forme ?

Au dĂ©part, j'ai contactĂ© mon ami David G Pelletier pour casser des tounes que je grattais seule chez moi. Ça faisait un bout que j'avais jouĂ© de la guitare ! Je pensais que j'allais seulement chanter pis il m'a dit : Nenon, tu gardes ta guit pis tu joues ! On se descendait des bouteilles de gin pis des bières haha ! Ensuite, mon copain Olivier a embarquĂ© Ă  la basse et Denis au drum.


D’oĂą est venu le nom du groupe ?

D'une soirée dans un bar où je m'amusais à jongler avec des noms, puis Réglisse Noire a sorti du lot. Je trouvais que le nom concordait bien avec notre genre puisque c'est pop et rock, mais il y a un côté dark qui nous éloigne de la pop commerciale disons.


Quel est le processus créatif derrière les pièces de votre EP ?

On essaie d'ĂŞtre le plus honnĂŞte possible avec le texte, de rester dans le mood de celui-ci. J'arrive avec une mĂ©lodie voix/guit puis les gars amènent la chanson Ă  un autre niveau. On essaie toujours qu'il y ait une couleur rock/dark country, on travaille dans ce sens-lĂ .


Quelles sont les sources d’inspiration derrière l’Ă©criture de vos chansons ?

Je suis toujours très honnête dans mes textes, je ne cache rien, c'est très personnel à ce que je vis. J'essaie de rendre le tout imagé et avec une certaine poésie. Je me dis que tant qu'à se mettre à nu devant un public, aussi bien montrer qui on est vraiment. Les chansons parlent d'amour, de mon vécu, autant le passé que le présent.


Qu’est-ce qui s’est passĂ© depuis la fin du groupe punk Les ShrimpS et qu’est-ce qui a motivĂ© ce virage musical ?

La rupture des ShrimpS s'est passĂ© d'un commun accord. Je me suis rendue compte que la scène me manquait, que c'Ă©tait lĂ  que je me sentais vivante. J'avais des textes qui ne collaient pas Ă  l'univers des ShrimpS, mais que j'aimais beaucoup. Après cette rupture je me suis dit que je pouvais bien dĂ©marrer mon projet.


Comment ça s’est passĂ© de travailler avec Vincent Blain (L'Indice) au studio Madame Wood ?

Vincent c'est un bon ami à moi. On se connait depuis longtemps, il était dans Les ShrimpS aussi. C'est comme un grand frère pour moi et c'était naturel de travailler avec lui. Il connaît mes zones de confort et me pousse quand je dois sortir de celles-ci. J'ai toujours trouvé que c'était le Yoda des textures sonores, j'aime beaucoup son univers musical !


Grand gagnant du plus récent concours Ma Première Place-des-Arts, que retiens-tu de cette expérience ?

Je suis habituĂ©e de faire des shows dans des bars et ne pas trop prĂ©parer ce que je vais dire ou faire. Le contexte de ce concours m'a sorti de cette zone, c'Ă©tait le plus gros dĂ©fi Ă  relever. Le concours est très encadrĂ©, ce qui fait que parfois tu te demandes comment amener tes chansons dans un contexte de concours oĂą tu es jugĂ© ! La conclusion a Ă©tĂ© de rester moi-mĂŞme, de ne pas changer mon approche avec le public. Je crois que les artistes qui se dĂ©naturent pour plaire passent Ă  cĂ´tĂ© de la plaque ! Ça paraĂ®t toujours quand c'est pas naturel.


Comment l’idĂ©e pour le clip animĂ© de la pièce Maison en carton s’est matĂ©rialisĂ©e ?

Encore une fois, j'ai fait appel Ă  un ancien membre des ShrimpS, Philippe Blain. On a Ă©tĂ© près de 10 ans en couple. Maison en carton; c'est une chanson très personnelle, je lui ai fait entièrement confiance, il me connaĂ®t bien, je savais qu'il allait rendre ce clip touchant et original. Philippe c'est une bibite crĂ©ative !


Puisque votre EP ne compte que 5 chansons, faites-vous des covers en spectacle, comment choisissez-vous votre rĂ©pertoire ?

On a plus que 5 chansons Ă  notre actif, mais vu qu'on s'autoproduit, on commence avec un EP, ça coĂ»te cher haha ! Mais sinon, on reprend des chansons que j'ai Ă©crites avec Les ShrimpS. On se permet un cover ou deux que je ne choisis pas en fonction de leur popularitĂ©, mais parce qu'ils me font vibrer. J'essaie de faire dĂ©couvrir des artistes que j'aime au public. DĂ©jĂ  que je suis zĂ©ro fan de band de covers, tant qu'Ă  en faire, je choisis des chansons qui collent Ă  moi et Ă  l'univers de RĂ©glisse Noire.


Que souhaiterais-tu que les auditeurs et spectateurs retirent de leur expérience ?

C'est notre premier pas dans l'univers musical québécois, je veux que les auditeurs nous découvrent. Le défi était de se trouver un ''son''. Je crois que notre force c'est d'avoir des textes sensibles et fragiles, très collés à mon vécu, mais d'amener la musique au genre qui colle au groupe soit le rock-pop dark. Nous sommes honnêtes dans notre démarche, ce que vous entendez, c'est ce que nous sommes.


Quelle est ta plus grande source de prĂ©occupation pour l’avenir, autant au niveau social qu’environnemental ?

Ça va peut-être sembler léger, mais je crois que les réseaux sociaux dénaturent l'être humain. Plusieurs vivent à travers un écran, ils oublient qui ils sont vraiment, ils vendent du rêve, ils se créent une vie, un personnage qu'ils ne sont pas vraiment. Ça prend du courage et une grande humilité pour ne pas embarquer dans cette "game" virtuelle. J'ai envie de voir l'humain se souder aux autres en vrai et non via des applications.


Ă€ l’approche d’une nouvelle Ă©lection, quels devraient ĂŞtre les principaux enjeux de nos Ă©lus ?

L'environnement, la famille, l'éducation all the way ! On dirait que ça prend toujours le chaos pour faire réaliser les vrais enjeux aux politiciens, une bonne claque dans face ! Ce serait bien que pour une fois de prévoir le coup plutôt que de l'encaisser alors qu'il est trop tard. Il me semble que c'est logique, mais le système capitaliste nous éloigne des besoins de bases pour le bon fonctionnement d'une société.


Gardes-tu une place pour la spiritualitĂ© dans ta vie, comment fais-tu pour te ressourcer et pour te reconnecter Ă  l’essentiel ?

La spiritualité, je la voit comme quelque chose de simple et non d'ésotérique. L'amour, être avec des amis(es), décrocher dans le bois, se crisser d'être aimé de tout le monde, s'enlever le plus de poids possible de sur les épaules, rester ouvert à tout ! Accepter ses moments sombres, ses défauts, ne pas les démoniser, les comprendre et grandir à travers, c'est ça devenir soi-même et être en paix.


Un grand merci Ă  Geneviève Hould pour s'ĂŞtre prĂŞtĂ©e si gĂ©nĂ©reusement Ă  l'exercice de notre entrevue ! En attendant le lancement, voici une pièce oĂą Mara Tremblay vient particulièrement Ă  l'esprit, extraite de l'album Ă  paraĂ®tre le 11 octobre, disponible chez tous les bons disquaires et via vos services d'Ă©coute en continu prĂ©fĂ©rĂ©s.

1 commentaire:

Anonyme a dit...

Excellente entrevue , je crois que ce groupe a une approche plus que prometteuse , paroles recherchées et vibrantes, musique originale et définissant le groupe comme unique en leur genre, pour les avoir vu en spectacle , ils se démarque de tout ce que nous entendons à la radio ..Beaucoup de plaisir a découvrir un groupe plus que rafraichissant.